La diffusion des matchs de foot sur écrans géants semble se multiplier dans la région. Outre les endroits habituels qui proposaient déjà une diffusion en 2014, on ne compte plus les invitations à participer à ces diffusions via les réseaux sociaux. Une série de projections sont autorisées comme « les événements déjà existants, récurrents, planifiés de longue date et qui se seraient tenus même sans la retransmission des matchs de l’Euro explique le site de la RTBF », ou la projection dans les restaurants et cafés. Pour les autres retransmissions, il faut demander une autorisation à la RTBF, détentrice des droits de diffusion, le plus tôt possible. Cette autorisation impose l’association de logos sur les publications et le paiement d’une redevance de minimum 150€ si moins de 300 personnes et 1€ par personne si plus de 300 participants. La RTBF souhaite aussi « limiter ce type d’événement à un par commune« .  A cela, il faut ajouter le montant à verser à la Sabam si aucun contrat n’est passé. On parle d’environ 70 euros par jour pour les petites salles de moins 100 m2
   En pratique, il en va autrement. Des comités ont diffusé plusieurs matchs en dehors des dates habituelles des festivités. « Il y avait du monde jeudi, et comme les soirées n’ont pas été extra, on va recommencer lundi« . Il est vrai que les projections attirent les foules, et les organisateurs y voient là une manne providentielle, sans débourser un euro d’investissement.
Du côté de la RTBF, on semble bien conscient de cet état de fait, mais personne ne semble s’alarmer tout au plus on signale que « en cas de doutes ou de litiges, la RTBF se réserve le droit d’envoyer des huissiers« .  Il est donc encore temps aux organisateurs de se mettre en ordre avant d’éventuelles représailles.