www.philippeville.info

L'info de l'entité de Philippeville

Dans nos villages

La commune est favorable à l’introduction du dossier «Habitat Vert»

C’est en mai de l’an dernier que le conseil communal a inscrit les parcs résidentiels «Bois de Roly», «La Forêt» et «Les Valisettes» dans le plan de transformation des zones de loisirs en zones d’habitat vert. Le gouvernement wallon a adopté cette liste en novembre et, ce jeudi, le conseil communal s’est engagé à reprendre les voiries et à les classer dans le réseau des routes communales, à équiper en eau et en électricité et à répondre aux normes en matière d’épuration. Cette démarche a été adoptée à l’unanimité, même si tout le monde s’accordait à dire que les délais devraient être revus à la hausse, et qu’il était nécessaire de trouver des fonds complémentaires.

Des travaux à la pelle

Cette conversion en zone d’habitat engendrera un budget relativement important. Les premières estimations ont été réalisées «à la grosse louche», précise l’échevin en charge de l’Urbanisme, Jean-Marie Delpire. Mais avant de présenter les chiffres, il a lu à la nombreuse assemblée, composée essentiellement de membres des conseils d’administration des parcs, la longue liste des observations émises suite à l’enquête publique, dont celle-ci: «Que se passera-t-il si les reprises des voiries ne sont pas effectuées dans les 5 ans? Y aura-t-il une répression sur l’habitat permanent en zone de loisir et un risque d’interdiction de domiciliation à l’avenir?»

Les domaines résidentiels étaient bien représentés

Pour les Valisettes, la remise en état des 3 065 m de voirie se chiffrerait à 1 032 905€, à 10 819€ pour l’eau, et à 440 000€ pour l’électricité.
Au Bois de Roly, on évoque 2 156 800€ pour la remise en état des 6 004 m de voirie, et 1 200 000€ pour l’eau car il faut remplacer entièrement les conduites métalliques et 1 030 000€ pour l’électricité.
À La Forêt: remise en état des 8 380 m de voirie pour un montant de 2 824 060€, 1 600 000€ pour le remplacement du réseau d’eau (dont le rendement actuel est de 60%), et 1 280 000€ pour l’électricité.
Au niveau de l’épuration, ces zones sont reprises en zone d’épuration autonome, c’est-à-dire que chaque habitant doit assurer son épuration individuelle.

Un sacré budget

À ce stade, ces chiffres ne sont qu’une estimation; difficile d’établir un phasage ou un plan d’investissement. L’éclairage public sera à ajouter à ce devis, mais il pourrait être envisagé de n’éclairer que les carrefours. «Techniquement, réaliser tous ces travaux en 5 ans, c’est impossible, ajoute Jean-Marie Delpire, sans parler du financement».
Le bourgmestre André De Martin a tout de même tenté l’exercice de planification de cette dépense. «Si on phasait ces travaux qui se chiffrent à environ 14 millions, avec un financement de la Région, on aurait tout de même 6 306 000€ à emprunter, ce qui donnerait un remboursement de 333 700€ durant 24 ans». Une enveloppe impossible à faire rentrer dans le budget communal actuel.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :