www.philippeville.info

Site non officiel de l'entité de Philippeville

Conseil communal

La mobilité en question

On a beaucoup discuté de la mobilité à l’ordre du jour du conseil,, mais surtout dans les informations distillées en fin de séance publique.

Par rapport à la vente des parcelles étant des anciens chemins vicinaux sur le territoire de Romedenne, le conseiller PS, Christophe Corouge, a expliqué qu’il voterait contre toute vente « tant qu’il n’y a pas de vrai projet de mobilité douce, pas de projet de maintien des chemins existants« , il poursuit en demandant si le produit de la vente sera bien affecté à l’entretien et au maintien des sentiers existant. Pour sa part, Lina Porrovecchio (écolo), s’oppose comme à chaque fois sur ce type de vente. Elle relate que le SPW donne son accord, « mais attire l’attention sur la politique de la mobilité douce, sur le maintien du maillage dans le patrimoine public« .
Pour la majorité, rien de s’oppose à ces ventes d’anciens chemins qui n’aboutissent nulle part, hormis au beau milieu de la propriété du candidat acheteur.
Place et bus
La mobilité sera encore évoquée avec l’annonce d’une réunion publique d’information relative aux futurs travaux sur la Place d’Armes, le 26 novembre à 19h aux Halles. « C’est dans le contexte de ces travaux, que nous avons déplacé la gare des bus de la rue de la reine au parking de la rue du Moulin« , explique l’échevine des travaux Laetitia Brogniez. « Ce déplacement a été mûrement réfléchi, en concertation avec le TEC et les écoles, annonce le bourgmestre André De Martin,  les premiers essais techniques sont positifs« . On apprend aussi dans la foulée, que les espaces de stationnement actuels des bus seront convertis en places de parking, et qu’une nouvelle aire de stationnement sera aménagée dans la partie herbeuse de l’espace inoccupé de la caserne des Fours. « Nous avons un accord de principe de la Régie des Bâtiments pour que le service travaux puisse réaliser les travaux de terrassement et d’aménagement, à savoir un sous coffrage en gros cailloux recouverts d’une couche de fin graviers« .
Face à l’annonce de travaux d’une telle ampleur, la minorité Phil Citoyens s’est exprimée : « je suis étonné qu’un point d’une telle importance ne fasse pas l’objet d’un sujet à l’ordre du jour, au moins pour pouvoir consulter les diverses pièces du dossier« , interroge Paul Pirson. Bien que n’ayant pas pu préparer correctement ce sujet, diverses questions sont lancées au Collège : pourquoi ne pas en avoir profité pour installer cette gare des bus à proximité de la gare des trains et maintenir des arrêts de bus aux abords des écoles ? Pourquoi ne pas avoir privilégié l’installation à proximité de la plaine du quartier brûlé ?
Tour à tour, l’échevine des travaux, l’échevin de l’urbanisme et le bourgmestre avanceront des éléments de réponse : « Il fallait monopoliser les deux côtés du boulevard au quartier brûlé… Les normes de sécurité n’étaient pas respectées… La gare des bus doit être à moins d’1 km des écoles… Nous avons eu de nombreuses réunions à ce sujet vous savez… » Bref, des éléments qui auraient mérités se retrouver dans un dossier bien ficelé.

 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :