www.philippeville.info

Site non officiel de l'entité de Philippeville

Sart-en-Fagne

Les hottes en tournée au pays des Lapins

Un peu perdu à l’entrée du territoire de la Fagne, les habitants du village de Sart-en-Fagne, surnommés les lapins, vivent paisiblement sur les rives de l’Hermeton. Le dernier commerce, une boucherie, a fermé ses portes depuis plus de vingt ans à présent. L’école aussi a laissé à présent sa place à une maison de quartier.

Mais ce village n’est pas mort pour autant. Plusieurs équipes de balle pelote animent le village les week-ends, un comité de pêche taquine le goujon, et le comité des fêtes organise de multiples activités pour rassembler les villageois, comme la fête St Roch ou le cortège d’Halloween par exemple.

Des hottes en tournée

Une de ces activités est pareille à nulle autre: la tournée des hottes. Dès potron-minet, une poignée de braves se rassemblent au bout du village. Sur leur dos, une hotte, parfois en noisetier, parfois en saule. Maria décore chacune d’elle d’un joli bouquet de fleurs. Ensuite, les braves se partagent en deux groupes pour aller frapper à chaque porte de chaque habitation du village. Toc toc toc… «Bonjour, vous connaissez les hottes? » lance hardiment Yves, «Nous passons dans chaque maison pour récolter des vivres que nous vendrons à la sortie de la messe ». Un peu étonnés, parfois encore en pyjama, les nouveaux au village ne se font pas prier, et c’est un paquet de pâtes, un kilo de sucre, une bouteille de vin qui va trouver une place au fond de la hotte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les habitués, eux, attendent de pied ferme les porteurs de hottes. Dans la cuisine, le fauteuil est poussé sur le côté et on a ajouté quelques chaises. Sur la table, bien au centre, trône la bouteille de goutte et quelques verres. Sur le coin de la table, le thermos de café «ça fait du bien une petite jatte! ». Séverine, elle, avait préparé un pot de son miel et quelques bouteilles de bière «Je les ai mais au congel, pour qu’elles soient bien froides… mais ils n’ont bu que du café et de l’eau! »

Une vente sur le parvis de l’église

À onze heures, tout le monde prend la direction de l’église, sur les hauteurs du village. Au cours de l’office, le curé bénira les hottes. Une fois terminée, tout le monde se presse sur le parvis de l’église. Là, la récolte est répartie en différents lots qui seront tous vendus à 5 euros. «Une affaire, dit Quentin, moi je prends celui avec les bonbons hein maman! » En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, tous les lots sont vendus. La petite somme récoltée servira à financer quelques messes pour les défunts de la paroisse, ainsi qu’à offrir le repas de midi aux porteurs de hottes ainsi qu’à tous les habitants qui ont accepté leur invitation. Quant aux bouquets de fleurs des hottes, ils seront déposés sur les tombes des écoliers et de leur institutrice qui ont été tués lors de la chute d’un réservoir d’avion à la fin de guerre 40-45.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :