www.philippeville.info

Site non officiel de l'entité de Philippeville

Conseil de police, Dans nos villages

Les voeux de la Zone de Police

Une année de transition pour la Police

C’est dans les installations du Carmel de Matagne-la-Petite que le nouveau commissaire divisionnaire de la zone Hermeton et Heure, David Doyen, a présenté ses vœux au personnels et aux nombreux collaborateurs.
Pour la première fois, les divers intervenants ont pris la parole : première fois pour J-Marie Delpire en tant que président de la zone, et première fois aussi pour le chef de corps.

Une année difficile

Il a d’abord remercié tout le personnel pour le travail effectué et les nombreux services rendus dans des conditions particulières dues aux terrorisme. « Localement, 2016 a été une année difficile, une année de transition« . Et il évoque le départ à la retraite de l’ancien Chef de corps, Jean-Luc Saint Viteux, la longue période d’intérim assuré par Benoît Pauly et la démission du conseiller en prévention.  « Mais 2016 a vu aussi une amélioration des conditions de travail avec la fin des travaux importants au poste central de Philippeville, et la mise en service du poste de Cerfontaine. » Il a aussi annoncé de nouveaux aménagements de sécurité au poste de Philippeville et a rappelé la bonne collaboration avec les zone de police voisine, Flowal et Trois Vallées.

Les impressions du chef

Au lieu d’un bilan qu’il est coutumier de tenir en cette période, ce sont ses premières impressions que le commissaire divisionnaire a partagé. « Depuis le premier jour, vous m’avez accueilli avec beaucoup de respect, de sympathie et de volonté de travailler ensemble. J’ai pu constater la grande motivation qui vous anime, la réelle passion de métier chez beaucoup d’entre vous, vos compétences parfois très pointues dans de de nombreux domaines, en un mot, votre professionnalisme« . Mais le ton a subitement changé ensuite. « Je dois tout de même signaler qu’il y a un collègue dans la zone de police qui se montre tout le temps agressif avec moi ! Il est toujours de mauvais poil ! Chaque fois que je tente de l’approcher, ou que je passe à proximité, il se fait remarquer par de la mauvaise humeur. J’ai l’impression que ma tête ne lui revient pas. D’ailleurs, je ne l’ai pas invité ce soir ! » Dans la salle, on se demande de qui David Doyen veut parler, quel est l’agent ainsi décrit. « Je veux bien sûr parler du chien de patrouille de Stéphane Pourbaix !« , annonce-il avec un clin d’œil malicieux.
    Un panier à salade

Avant d’annoncer quelques petits achats qui seront prochainement réalisés, il insiste sur l’esprit de corps qui doit animer l’ensemble de la zone, et sur le bien-être du personnel qui fera l’objet d’une prochaine enquête relative à la charge psycho-sociale. « A mon arrivée, j’ai découvert une activité peu ordinaire dans un poste de police, un potager entretenu par quelques collègues à la main verte durant leurs pauses. Nous pouvons en être fiers… Je sais aussi que les collègues de Doische s’adonnent plutôt à la cueillette de champignons., tout cela en dehors de leurs heures de service. »

Lors ces vœux, 3 membres du personnel ont été mis à l’honneur.
Le premier à recevoir ces honneurs, c’était l’ancien chef de corps, Jean-Luc Saint Viteux. David Doyen a dressé son impressionnant palmarès qui, entre 1977 et 2016, l’a conduit de Liège à Philippeville, en passant par Grâce Hollogne, Ciney, Charleroi et Gerpinnes. « La mise en place de la zone de Police, ne fut pas chose aisée, ce fut un combat de tous les jours, et tu as relevé le défi. Tout comme l’intégration, sein d’un même corps de police, de collègues issus d’horizons différents. »
Le second homme est Christian Defacqz. « Christian a toujours voulu rendre service à ses concitoyens et s’est engagé à la gendarmerie en 1976… On retient de lui ses mimiques et rires tonitruants dignes de l’agent Cruchot de Louis de Funès. Après Gerpinnes, c’est à Cerfontaine qu’il s’est installé, puis à Philippeville. Pour terminer sa carrière, il rejoindra la proximité de Doische. Il apprécie le travail de proximité et le citoyen apprécie sa gentillesse, son humour et sa personnalité… Quant au dernier, Pierre Warroquier, il n’avait pas pu se libérer ce soir.

Comments are Closed

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :