Voici déjà quelques mois qu’une pico-brasserie s’est installée à Franchimont. A l’occasion de Wallonie Bienvenue, c’est la première fois qu’elle ouvrait ses portes au grand public.

Ils étaient impatients le couple de brasseurs installés le long de la Chinelle à Franchimont. impatients de rencontrer le public chez eux. « On était déjà super content de l’intérêt du public lorsque nous avons participé au marché de Noël à Philippeville, nous étions même tombés à court de bouteilles ! » se réjouit Kathalyn. A la tête des visites par groupes, on trouve le brasseur en la personne de Leslie Ver Linde : « çà n’arrête pas depuis 10h, les gens sont super intéressés et enchantés par nos bières« , souffle-t-il entre deux explications. Pour la majeure partie du public, il s’agit d’une découverte : « on ne connaissait pas du tout, pourtant, on passe ici devant tous les jours » nous confie Marc. Si techniquement, il n’était pas possible d’assister à un brassin, toutes les étapes de fabrication du breuvage mousseux étaient illustrées et commentées de manière très professionnelles.
Ce week-end était l’occasion rêvée pour présenter la quatrième bière produite par la Brasserie de Franchimont. Après la scotch, l’ambrée et la fabuleuse Black, c’est une bière aux notes d’agrumes et de fruits exotiques qui était proposée à la dégustation. « J’aimerai pouvoir proposer une nouvelle bière chaque année. C’est tout à fait possible, nous avons encore plein de recettes que nous sommes impatients de pouvoir tester« , annonce Leslie.
Une amitié mousseuse
Si les hommes brassent la bière, les femmes papotent. et ce sont justement ces discussions qui ont amené un amateur de bières du village voisin, Villers-le-Gambon, à Franchimont. Ludwig Burger est un amateur de bière, mais surtout de sa fabrication. « Je ne connaissais pas ce qu’il se passait ici. de mon côté, je bricolais dans ma cuisine. Mais depuis la découverte de la Brasserie de Franchimont, je suis certain que j’ai trouvé une solution à mes envies« . Et le villersois de prêter régulièrement main forte au franchimontois lors des éprouvantes étapes de fabrication de la bière. Et comme le hasard fait bien les choses, c’est depuis ce samedi que Ludwig peut annoncer officiellement son entrée dans le domaine brassicole. Il pourra commercialiser sa propre bière, brassée à Franchimont, sous le nom de « Bierylium« . Mais il faudra encore patienter jusque fin juin pour découvrir ce nouveau breuvage.

Portes ouverte les 23 et 24 juin