Il n’était pas encore 17h30 ce lundi lorsqu’une petite camionnette blanche circule en direction de Surice à Lautenne. Elle n’est pas encore entrée dans le petit hameau que l’utilitaire dévie vers la gauche, glisse dans le fossé et percute une tête d’aqueduc. Elle poursuit toutefois sa route et percute de plein fouet un poteau en béton soutenant une ligne à haute tension.
Rapidement des automobilistes de passage et des riverains se portent au secours du conducteur. Il est toujours conscient mais semble blessé aux jambes. Les pompiers et l’ambulance de Philippeville ainsi qu’une équipe de la police Hermeton et Heure se rendent rapidement sur les lieux. Le poteau était toujours bien droit, au beau milieu du capot de la camionnette.
A quelques centimètres
Alors que les secouristes s’affairaient à extraire le conducteur, le poteau s’est soudainement affaissé en travers de la chaussée. A ce moment précis, le pompier Maurice Stevaux se trouvait juste dans la trajectoire de la chute du poteau. Il a sauté dans le camion et se collant aux armoires du véhicule, et les quelques centaines de kilo de béton sont passé à quelques centimètres de son dos. « Je crois que je peux rentrer pour aller brûler quelques cierges ! » dit-il encore tremblotant. Le lieutenant Patrick Philippart a juste eu le temps aussi de s’écarter non sans avoir poussé un de ses collègues pour le mettre en sécurité. Dans cette petite panique, plusieurs intervenant se sont retrouvés projeté au sol, mais personne ne semblait blessé. Ensuite, ce fut les deux séquences d’arcs électriques qui ont fait tressaillir les secouristes et la badauds présents.
« Et pourtant, nous avions regardé le poteau avant d’intervenir, rien ne pouvait laisser présager sa chute, sinon, on aurait commencé par sécuriser les lieux« . En fait, le poteau était sectionné au ras du sol, et les herbes ne laissaient rien voir.
Une seconde ambulance
Comme le poteau entravait toute circulation dans un sens, et les câbles électriques dans l’autre sens, c’est une seconde ambulance qui est intervenue pour prendre en charge Matias Collinet (dit Colin), pour le transférer à l’hôpital de Dinant. Il était sérieusement blessé au niveau d’une jambe.
Les villages environnants, comme Surice, Romedenne ou Rosée ont été privés d’électricité le temps d’isoler cette portion de ligne à 11.500 volts.
Une fois le blessé évacué et le danger écarté, quelques intervenants, dont un ambulancier et une policière, se sont plaints de douleurs dans les bras ou les mains. Ils seront examinés par mesure de précaution.